Atelier du silence
par Jean-Paul Dessy

à Paris, 26 avril 2020

Dans les circonstances exceptionnelles que nous connaissons, nous sommes dans l’obligation d’annuler l’atelier initialement prévu le 26 avril 2020.
Nous en sommes désolés et vous présentons nos excuses.
Le personnes ayant réservé une plusieurs places peuvent nous demander le remboursement, ou patienter jusqu’à la nouvelle date pour cet événement, que nous ne manquerons pas de vous communiquer dès que nous serons en mesure de le faire.

Demander le remboursement.


Le bruit nous divise, la Musique nous divinise. Elle parle une langue à la fois enfouie et à venir. Elle est la vie même de la vie et cherche des sons pour se dire. Elle est un gisement : la trouver c’est la recevoir. Elle rend au corps la part de l’esprit. Elle est incorporée et dans le même temps désincarnée. Elle observe le son comme on observe des lois, comme on observe le ciel, comme on observe le silence. Elle n’isole ni la transe, ni la danse de la transcendance. Assonance de notre être et du monde, elle permet le battement de l’un par l’autre afin que celui qui l’écoute s’écoute.

Invocation, incantation, méditation, le Son intercède auprès de nous afin que nous nous portions à l’écoute de nous-mêmes (écouter et ausculter sont de même étymologie). Afin que cette écoute fasse de nous, pénétrant le son et pénétrés par lui, des auditionnaires, des voyants du Son.

Nous découvrons, dans la plénitude de l’écoute, que nous sommes attendus par le Silence.
Le Silence n’est pas l’absence de son mais la présence à soi. L’observation du Silence fait décanter en nous le bruit du monde.
La rumeur des voix qui discordaient en nous s’apaise.
Le soliloque incessant de l’ego s’amuït.
Le Silence fait place nette.

Dans la langue du XVIème siècle, silence désignait un lieu retiré. L’atelier du Silence de ce dimanche arpentera le chemin qui mène à ce lieu en nous, retiré du monde mais communiant avec lui, par des pratiques d’écoute, de souffle, de son et de méditation :
– des pratiques d’écoute fine et contemplative, nourrie par le violoncelle, les bols tibétains, l’aquaphone, le tambour… afin de savourer le pouvoir transformateur du son.
– des pratiques de respiration attentionnée, puisant et menant à la source du souffle et de l’être.
– des pratiques de méditation transmises par différents grands courants de sagesse : Védas, Hésychasme, Stoïcisme.
Jean-Paul Dessy

Compositeur, chef d’orchestre et violoncelliste , Jean-Paul Dessy est également titulaire d’une maîtrise en philosophie et lettres.

Télécharger le PDF du tract pour la saison 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *